Etienne Jaumet @La Route du Rock Rennes 2017 ©Scenes Francophones

LA ROUTE DU ROCK, un dimanche aux champs électriques


La Route du Rock a organisé une après-midi chansons / musiques électroniques avec des artistes de La Souterraine et, surtout, le grand Étienne Jaumet.


Jaune

14h30.

Petit mec. La vingtaine. Voix cristalline. De la chanson sur des sons électroniques. Jean Thevenin, un poulain de La Souterraine qui a sorti un album en décembre 2016 et dont nous vous conseillons l’écoute. Esprit bon enfant et écriture poétique (avec, notamment, la plume de Judah Warsky).

Master class d’Étienne Jaumet

15h.

Écouter Étienne Jaumet retracer l’histoire des musiques électroniques tout en nous montrant sa collection personnelle de machines (boîte à rythmes, thérémine, synthé, vocodeur, etc), c’est ce qui s’appelle un moment d’exception. Petit rappel sur ce qu’est un son électronique et un son organique, sur l’inventeur de la première machine musicale électronique, Léon Theremin, les sons filtrés de la house, les premiers émois des musiques électro avec Kraftwerk… Instant d’érudition.

Documentaire Le Bon coin forever

16h.

Idée impulsée par Gillaume Chiron, « curateur éducation-recherche », en charge des résidences du Confort Moderne à Poitier, réalisée par  François-Xavier Richard, avec, dans son propre rôle, Emile Sornin, plus connu sous le nom de Forever Pavot. Revenons sur cette idée, un peu bizarre au premier abord, mais d’une grande humanité : aller essayer des instruments et enregistrer un album, Le Bon Coin forever, chez des personnes contactées via Le Bon Coin qui cherchaient à vendre des instruments. Un concept un peu fourbe, mais au final, fédérateur. La musique, véritable lien social, tout ça, tout ça.

Documentaire à voir ci-dessous :

Forever Pavot

17h.

Emile Sornin aux claviers et machines. Un compatriote à la flûte traversière et un autre à la guitare. Et c’est parti pour une session de musiques organiques et électroniques. Forever Pavot fait de la musique de cinéma sans film. Les images, c’est sa musique qui les créent. On part avec lui dans des univers psychédéliques, sans oublier le détour par chez Tintin. Fascinant.

Étienne Jaumet

17h45.

On est là à le regarder. Captivés. On ne sait où il va nous emmener avec son orchestre de machines électroniques (boîtes à rythmes, thérémine, synthé et autres claviers) et son saxophone mais il nous y conduit sûrement. Étienne Jaumet est lui absolument habité par sa musique, son visage se distord au gré des sons qu’il crée. Un très grand moment.

5 réflexions sur “LA ROUTE DU ROCK, un dimanche aux champs électriques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s