Forever Pavot - La Pantoufle - Soubresaut

FOREVER PAVOT et sa pantoufle de Proust


Forever Pavot est de retour avec La Pantoufle sorti chez Born Bad records, un nouvel album qui s’écoute comme un film et une plongée dans le Poitou-Charente intimiste d’Émile Sornin.


La dernière fois que l’on a vu Forever Pavot, c’était aux Champs libres à Rennes, il était venu pour présenter le documentaire Le Bon Coin Forever, une géniale idée inspirée par le réalisateur François-Xavier Richard qui a donné naissance à un album éponyme, enregistré chez des vendeurs du Poitou-Charente d’instruments incroyables sur le site Le Bon Coin.

La Pantoufle, c’est beaucoup de chose : une bande originale, des claviers, des bruitages dignes de films de sciences fictions de jadis, une région, des cris de corbeaux, des claviers, des harmonies, une ambiance jazzy, des raclements de gorge, le mot « hutre » (qui n’est pas valide au scrabble), des orgasmes, de la flûte, des récits d’enfance, de la trompette, des cagouilles et des groseilles…

Émile, où sont tes pantoufles ?

Forever Pavot (Émile Sornin de baptême) raconte des histoires d’enfance que l’on a probablement tous vécues (« Émile, où sont tes pantoufles ? ») et qui amènent à se poser de vraies questions : d’où vient cette obsession parentale pour le port de pantoufles ? A l’exception que pour un mec du Poitou-Charente, la pantoufle, c’est important, on ne perd pas ses charentaises. L’enfance, c’est aussi un territoire, des traditions familiales et régionales, des spécialités du terroir (la soupe à la grolle) une langue (le tout mignon « cagouille »). Forever Pavot nous invite à une visite intimiste de sa région ; plus on se plonge dans cet album et on plus on pense « Quelle beauté ».

L’instrumentalité domine, la richesse des sons provenant de divers instruments et machines est jouissive ; on repense au documentaire / album Le Bon Coin Forever et on se dit que c’est peut-être cet instrument-ci à ce moment-là… Les bruitages et les claviers assurent la dimension psyché de la musique et rappellent toute la scène toulousaine (Aquaserge, Julien Gasc avec qui il a d’ailleurs composé un EP en trio avec Dorian Pimpernel intitulé Moonshine) qui assurent dans ce domaine baptisé pop psyché ou pop jazzy.

Les morceaux s’enchaînent en continuité, chacun emporte dans divers univers et sur des rythmes différents et tous surprennent, on se laisse porter au gré de la musique sans savoir on l’on nous emmène. On suit cette pantoufle cachée, on vogue de surprise en surprise, à l’aveuglette, tout en reconnaissant la patte de Forever Pavot et ses claviers.


Facebook & Bandcamp de Forever Pavot


 

Publicités

6 réflexions sur “FOREVER PAVOT et sa pantoufle de Proust

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s