Mauvaises Graines - Jean Baptiste Guillot de Born Bad dans Culturebox - Soubresaut

MAUVAISES GRAINES, l’envers de Born Bad


Mauvaises graines, c’est le documentaire réalisé par Culturebox pour les 10 ans de Born Bad Records. Dans les coulisses d’un des labels les plus pertinents et audacieux.


Pourquoi décider de créer un label ? Pour continuer d’avoir des objectifs. Jean-Baptiste Guillot, fondateur de Born Bad Records, l’explique dès les premières images. Arrivé là où il voulait en venir à 30 ans, c’est à dire directeur artistique, on fait quoi ? On se laisse vivre à la fraîche ? Non, on se secoue et on construit des choses. On trouve un moyen de vaincre l’angoisse sur le lit de mort du sentiment de ne rien avoir accompli.

Outre cette peur, le parcours de Jean-Baptiste Guillot répond à la question : on fait quoi quand on n’aime pas ce que l’on fait et / ou l’opportunité de faire ce que l’on souhaite ne nous est pas donné ? Et bien on la crée soi-même.

Jean-Baptiste Guillot, certifié meilleur coach de vie.

Born Bad, c’est un catalogue très masculin – et on le regrette -, c’est une collection de rock audacieux, sauvage, dérangeant, perché, gueulard, poétique… C’est une ligne artistique musicale et graphique impeccable, un style reconnaissable, des rééditions, des compils chébran, de la (re)découverte  (Wizzz French Psychorama 1966-1970 volume 1). C’est avant tout l’histoire d’un mec qui se sert de sa passion comme revanche sur tout le reste.

Ce n’est pas vrai qu’en France nous sommes des nazes, ce n’est pas vrai qu’en France sorti de Serge Gainsbourg et Edith Piaf il n’y a point de salut, ce n’est pas vrai que le rock en France se résume à Noir Désir et Louise Attaque qui ont été des traumatismes pour l’adolescent que j’étais.

On a vu Usé aux Bars en Trans et adoré, on aurait certainement crié plus fort pendant le concert si on connaissait l’histoire de l’artiste que le documentaire retrace. On aime Born Bad pour donner le micro à ce genre d’artistes, des personnes intéressantes avec des projets et des idées forts. On aime Born Bad parce que l’on adore Julien Gasc et sa pop puis son rock psychédélique. On a découvert cette année à la fête de l’Huma la rencontre incroyable de Cheveu et Group Doueh. On a écouté en boucle le dernier Forever Pavot, une pépite de capsule temporelle et spatiale. On est resté scotché devant Rester vertical d’Alain Giraudie. On adore Chocolat, qu’on avait d’ailleurs vu avec JC Satàn à Musiques Volantes. Tout ça, c’est Born Bad.

Docu à voir jusqu’au 4 décembre 2018Mauvaises Graines - Jean Baptiste Guillot de Born Bad dans Culturebox - Soubresaut

PS : On note quand même la réalisation un peu cliché du documentaire pour la séquence émotion… C’était pas obligé. Et le délire du saxo à la fin sur les vidéos superposées : non seulement c’est ridicule mais en plus on bite rien à ce que Jean-Baptiste Guillot raconte, ce qui est ballot vu qu’il évoque le bilan et l’avenir de Born Bad. C’est long en plus, très long, et on ne saisit pas vraiment le message derrière cet effet. Et l’apothéose du final. Pourquoi ?


Born Bad records


 

2 réflexions sur “MAUVAISES GRAINES, l’envers de Born Bad

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s