Use - Selflic - Soubresaut

USé fait rire jaune avec Selflic


USé, c’est un personnage, autant sur scène qu’au quotidien. Son nouvel album Selflic, qui sort chez Born Bad records, se fait grave et touchant, et s’écoute en boucle.


Use - Selflic - SoubresautUSé vient de sortir le clip « Danse un slow avec un flic » qui préfigure son nouvel album Selflic prévu pour le 26 juin et donne le ton de l’album. On hésite entre rire des clichés et pleurer de la réalité. C’est au final la tristesse qui l’emporte face à la brutalité du quotidien.

USé, c’est un mec qui en veut, qui a des choses à dire, qui se bat et ne laisse pas passer les injustices. Alors parler de la surutilisation de la force par la police, c’était obligé, et il le fait sur un texte simple, poétique et efficace, et des fumigènes roses. L’artiste amiénois n’est pas amère, il est touchant, évoquant la désillusion face à la réalité des choses.

Pour rappel, USé, de son nom Nicolas Belvalette, est un mec qui n’a peur de rien. Il est du genre à aller se pointer en pyjama à la préfecture en annonçant « Bonjour, j’aimerais me présenter pour être maire » (voir le documentaire Mauvaises graines sur Born Bad records). Pour la petite histoire, USé tenait une salle de concert, L’Accueille froide à Amiens, avec des amis ; la municipalité a fait fermer la salle, sans raison apparente. D’où sa candidature aux élections municipales, la création d’un parti et une campagne qui fait de l’ombre aux politiques locaux, au point qu’ils tentent de le faire taire. Nicolas Belvalette est alors convoqué à un conseil général pour le « raisonner », ce qui se solde par la suspension de son RSA pendant 5 mois. Bel esprit. Il n’empêche que ce cher USé récolte dans les 10 000 voix aux élections et, face à sa popularité croissante, les politiques se doivent de faire un pas vers Nico l’intouchable : la salle réouvre, victoire.

Sur le reste de l’album, on retrouve le USé que l’on connaît, fracassant, s’acharnant sur sa batterie-guitare-cymballes de la casse vue en concert aux Bars en Trans, notamment sur le morceau « Cardiaque ». La musique se fait pesante, l’album dégage une atmosphère d’angoisse, de film d’épouvante (« Insomnie le temps d’une nuit »), le parlé-chanté  est sentencieux, grave.

Hâte de voir son nouveau set en live. C’est toujours un grand moment (voir les photos d’USé au Supersonic).


Bandcamp d’USé


 

3 réflexions sur “USé fait rire jaune avec Selflic

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s