MUNYA - Soubresaut

MUNYA, douceur folk et rêverie pop


Munya a sorti en mai un tout petit EP intitulé North Hatley, suivi d’un autre petitou prévu pour octobre, Delmano. À son écoute, jaillit une myriade de pop scintillante et colorée d’amour. Ou comment se sentir comme sur un petit nuage.


MUNYA - SoubresautSommes-nous  dans  un rêve ? Non, mais irrésistiblement en train de butiner de titre en titre dans le premier EP de Munya qui, après avoir été claviériste et chanteuse pour des groupes montréalais, se lance en solo. C’est désormais en tant que productrice, chanteuse et dessinatrice (elle est l’auteure de la couverture de l’EP) qu’elle s’illustre. La jeune Québécoise propose, avec un synthétiseur très présent, une pop qui a la sympathie de la folk lorsqu’elle s’accompagne de guitare.

C’est dans un chalet avec des amis que Munya compose, ou bien au gré du moment présent. C’est ainsi que North Hatley, sa dernière destination de vacances localisée en Estrie, région du Québec située le long de la frontière avec les États-Unis, a prêté son nom à un des EP. Le titre instrumental « Hatley » préfigure les grands horizons qui font la beauté des paysages du Québec, choses simples auxquelles elle aime s’attacher.

Amoureuse, Munya l’est aussi de son synthétiseur et de son ordinateur qui lui permettent de composer en autonomie. La chanteuse surfe sur la vague du « fait maison » dans un studio bricolé. Une guitare, une pédale d’effets, un bon micro, quelques plugins et petits instruments lui suffisent à accompagner son principal outil : sa voix. Un chant qu’elle emprunte à la chanson française des années 70 pour sa légèreté, qu’elle sait assumer très agréablement mielleux et un soupçon bougon. Surprenante en début d’écoute, elle se fait rassurante au fil des titres.

Et quoi de mieux que des « Bisous partout » pour se sentir comme dans une bulle ? Le titre s’inscrit en véritable tube – non que nous ne considérons pas la fatalité du titre « Trop tard » aux sonorités plus décadentes, où la voix se fait plus brouillon, qui indiquent de manière presque plus lucide les instants ratés de la vie. Les trois titres de ce premier EP seront bientôt complétés par « Hotel Delmano » qui annonce la sortie prochaine d’un nouveau disque et dont on peut déjà entendre les délicieux arrangements sur le thème de la rêverie.

Ode à l’amour toujours, la new synth folk de Munya fournit le mode d’emploi de la légèreté quotidienne, après quoi nous irions bien quémander quelques bisous !


Bandcamp de Munya


 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s