CATASTROPHE à la Gaîté lyrique : grand moment fou !


CATASTROPHE,  on les aime déjà en général, on les adore en concert !


Et pour cause, un live de Catastrophe, c’est à ne pas rater ! La nuit est encore jeune, leur album sorti chez Tricatel (le génial label de Bertrand Burgalat qui était d’ailleurs dans la salle) succédant à leur essai éponyme chez Pauvert, promet du spectacle.

Ce qui n’est pas donné à tout le monde, le groupe y arrive : transmettre leur énergie incroyable au public, le feu d’une douce folie qu’on ne veut pas voir s’éteindre. Parce qu’ils font du bien aux oreilles, du bien à la tête et du bien au cœur.

Le ton est donné dès le premier morceau : on est là pour danser, pour battre le rythme avec eux, suivre leurs chorégraphies, de même qu’écouter de jolis textes, interludes calmes et poétiques.

Un fil d’Ariane se tisse tout au long de la grosse heure que dure le concert. Chaque musicien prend la parole entre les titres, profite d’un moment qui lui est donné, un moment pour raconter une histoire, une anecdote qui sert à introduire la chanson suivante. De manière tout à fait improbable, c’est une anecdote sur une grand-mère en difficulté avec ses courses qui amène à l’unique « Party in my pussy » …

En début de concert, Catastrophe noue un pacte avec le public : ce moment de musique sera un moment unique, qui n’aura lieu qu’une fois, et qu’il faudra vivre ensemble. Leur concert est un véritable spectacle, conçu sur un concept qui se déploie tout le long, celui du temps, de l’instant présent qu’il faut vivre à fond, celui du passé, du souvenir, parfois impossible à revivre (vous souvenez-vous de votre premier souvenir ?). Beaucoup de poésie, de philosophie. On ressent vivement.

Pendant le concert, on dit ses peurs, on les ingère – ou plutôt le collectif les mange pour vous, sur des morceaux de papier –, on les digère et on en fait quelque chose de beau. Leur musique est électrique, bondissante, tout autant que réfléchie et colorée, littéraire par moments.

La promesse est tenue, l’énergie de la scène se sent dans le public. « Soyez vivants ! » À coups de bebop, de nuggets dans nos pockets et d’amour tout nu, de danses survoltées, d’envolées vocales de Blandine Rinkel et Pierre Jouan et de solos maîtrisés, le groupe se donne et se déchaîne. Avec leurs belles harmonies de voix, les solos, la chanteuse lyrique, il y a quelque chose du gospel dans Catastrophe.

Un très étonnant concert donc, duquel on ressort en redemandant. Pari gagné, on est vivants !


Site de Catastrophe


 

Publicités

Une réflexion sur “CATASTROPHE à la Gaîté lyrique : grand moment fou !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s