PÉPITE et ses Virages tant attendus


Pépite prend son temps. Son premier album Virages voit enfin le jour ! Il s’agit de la concrétisation d’un chemin musical entrepris depuis 2015 par le duo parisien, produit sous le très efficace label microqlima. Retour d’impressions sur un album mûri.


pepite-viragesNovembre 2015, on découvrait sur Soundcloud les premières démos du duo Pépite, composé d’Edouard (Eddy) et de Thomas, à qui nous proposons de suite une entrevue tant le coup de coeur fut immédiat (à lire ici). Depuis, un concert à La Cigale cet hiver ou au festival We Love Green 2017 (entre autres), mais aussi 2 EP Les bâteaux (2016) et Renaissances (2017) et des clips soignés ont comblé les premiers fans.  Nous voilà aujourd’hui face à l’album. Le jeu peut commencer.

Virages s’ouvre comme une flèche sur des rythmes disco très addictifs de la loi de l’amour. On résiste à ne pas écouter ce premier titre en boucle. Tout de même, l’enchaînement plus maussade et très parisien de « Feu rouge » n’est pas de refus. On retrouvera, parsemés en son cœur, le titre désormais emblématique « Les bâteaux » qui n’a plus rien à prouver et s’intègre parfaitement au tout. Coup de cœur pour le titre « Silence radio », un peu en marge du reste, touchant d’autres thématiques et qui réussit brillamment sa montée en puissance, juste avant la note finale « Rubis ».

Très sinueux, l’album Virages, qui porte bien son nom, divague entre slows et disco. Niveau paroles, nous naviguons entre peines de cœur et maigres consolations. Parmi elles, le réconfort d’un voyage à la mer, au bord des falaises de Monte Carlo ou simplement, partir loin (par ses pieds ou dans sa tête). On se plaît aussi bien dans l’ambiance paradisiaque d’« Allo » que sous un temps pluvieux, à l’abri d’un taxi, parfois nécessaire à évacuer la fatalité du réel.

La sensualité qui se dégage de chaque titre est appréciée grandement. La chanson mélancolique entrecoupée de passages de douce allégresse opère toujours. Les nostalgiques des années 1970 trouveront d’ailleurs en Pépite de quoi se ravir puisque Christophe ou Lavilliers  nourrissent musicalement le duo, comme nous le confiait Eddy en entrevue. On pourrait presque trouver des soupçons de Souchon voire de Voulzy ou de Téléphone, mais ceci nous appartient. Trêve de comparaisons, Pépite a aujourd’hui sa propre identité, bien ancrée dans les scènes pop actuelles, très rassembleuses, authentiques et touchantes.

Toujours plus de synthétiseurs, toujours plus de sensibilité, voilà ce qui attend l’auditeur de Virages, lors de son périple à bord de l’album intergénérationnel et obsessionnellement « love » de Pépite.


Écouter Pépite


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s