MAINS D’ŒUVRES EXPULSÉES : pourquoi les lieux alternatifs font-ils peur ?

Mains d’Oeuvres, salle de concert et résidence d’artiste, sont en train de se faire expulser par la Mairie de Saint-Ouen. Après 2 ans de bataille, les menaces sont mise en exécution.

Depuis 2017, la Mairie de Saint-Ouen souhaite récupérer, rue Charles Garnier, un lieu de 4 000 m² pour y installer un Conservatoire de musique ; sauf que ce lieu est occupé depuis 2001 par l’association les Mains d’Oeuvres, fondée en 1998, œuvrant pour la création et la diffusion culturelle et artistique. Comme la plupart de ces types d’endroit, Mains d’Oeuvres est un lieu d’expression, qui accompagne les pratiques artistiques et est ouvert à tous : bref, un formidable outil de démocratisation et de décentralisation de la Culture.

Lieu de la contre-culture, de l’alternatif, de la modernité, à but non-lucratif, qui se dote d’une programmation osée, téméraire et audacieuse, et évidemment, qui doit fermer ses portes pour un conservatoire, soit une institution étatique bien carrée, surveillée de loin par la municipalité.

Faire au MOFO, festival organisé par les Mains d’oeuvres, © Guendalina Flamini

Pourquoi les salles de concert ont-elles autant de difficulté face à l’administratif français ?

2018 a vu fermer successivement le Pop-In, l’Espace B et la Mécanique Ondulatoire en raison des pressions subies par la préfecture de police qui jugeait les salles en défaut des normes de sécurité. Face à l’administration pesante qui fait traîner les choses plus que de mesure, les salles de concert doivent fermer, dans l’attente que leur dossier de projet de réaménagement soit accepté. C’est bien la lenteur de l’administration française qui a fait fermer les salles de concert plusieurs mois. Il faut ajouter à ces problèmes, ceux naturels : le Petit Bain et autres péniches ont dû s’arrêter plusieurs semaines en raison d’inondations.

Bien qu’ancrées à Paris depuis des années et devenues des lieux incontournables des musiques indépendantes, ces salles de concert font partie d’un écosystème fragile, celui de la culture, ou plutôt de la contre-culture, de ces endroits qui proposent une programmation à contre-courant.


Signer la pétition
pour aider les Mains d’Oeuvres


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s